29 mars, 2011

humpday

Classé dans : humpday — dominique @ 19:07

Sélection officielle Festival du cinéma américain de Deauville 2009 – En compétition

Un instantané de cinéma indépendant drôle, frais et surtout libre d’esprit, qui s’introduit avec réalisme dans les doutes d’Américains à l’aube de la quarantaine.Un soir, Andrew débarque sans prévenir chez Ben, son vieux copain de fac. Les deux hommes ne tardent pas à renouer avec leur bonne vieille complicité de machos hétéros. Afin de distraire Ben de sa petite vie bien rangée, Andrew l’entraîne dans une fête aux moeurs libérées. Sur place, tout le monde ne parle que de participer au festival local de porno amateur et de tourner des films érotiques d’art et d’essai. Andrew semble plus que partant. Ben semble un peu moins concerné… Quelques litres d’alcool plus tard, une idée prend vite l’allure d’un pari : Andrew et Ben coucheront ensemble sous l’oeil bienveillant d’une caméra. Ce n’est pas gay, ça va bien au-delà. Ce n’est pas du porno, c’est de l’Art.
Le lendemain, impossible pour eux de se dégonfler. Rien ne pourrait les arrêter… sauf peut-être la femme de Ben, l’hétérosexualité ou certaines questions d’ordre mécanique…

62901.jpg Image de prévisualisation YouTube
Le concept de ‘Humpday’, le projet de deux mâles hétéros de forniquer ensemble pour les besoins d’un porno amateur et de dépasser ainsi les frontières de l’art, ne manque pas de lui donner du charme. Entre les deux personnages la franche camaraderie (poussée jusqu’au défi ultime) devient communicative, tant le rire tonitruant de Joshua Leonard et les attitudes de benêt de Mark Duplass se prêtent à des tranches de vie savoureuses. Dans ses moments sérieux, le film reste pertinent, avec un regard jamais biaisé sur le conformisme, le parasitage social et l’identité sexuelle. Mais le traitement cinématographique laisse à désirer. L’enchaînement bien trop schématique de scènes de dialogue casse le scénario dans son rythme. La caméra à l’épaule paraît convenue comme dispositif à valeur réaliste, alors que les quelques plans focalisés sur des objets du quotidien suffisaient à situer le contexte social. On retiendra néanmoins un emploi pertinent du zoom qui vient happer les personnages dans leurs poses goguenardes. A défaut d’un excellent moment de cinéma, ‘Humpday’ apparaît tout de même comme une alcôve de gaieté, à apprécier quelles que soient ses préférences.

critique : evene.fr

Prix Spécial du Jury au festival Sundance 2009, sélectionné à Cannes pour la Quinzaine des Réalisateurs et en compétition au Festival de Deauville, le film « Humpday », réalisé par Lynn Shelton, sortira en France le 16 septembre prochain

unpas2plus |
Le bogoss |
momo1775 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Confessions Intimes
| belleisabelle
| hentai0manga